Le « Medialab speed training » de l’association Ouest Médialab a eu lieu mardi 18 septembre 2018. Comme l’année dernière, le bureau de Ganesh y était. On vous raconte ce qu’on a vu et apprécié.

Les dataviz pour tous et toutes !

Flourish.studio : voici notre nouvelle URL préférée. Flourish, c’est un outil de datavisualisation pour tous et toutes. C’est simple : il ne nécessite aucune compétence en code ! Au bureau de Ganesh, nous avons beaucoup aimé la présentation d’Erwan Alix, journaliste à Ouest-France.

Le principe : si vous avez des données d’ores et déjà structurées, vous pouvez réaliser une datavisualisation efficace et lisible, avec beaucoup d’options de design possible.

Un autre avantage, et non des moindres à nos yeux : l’outil est disponible dans les navigateurs web ! Cerise sur la dataviz : toutes les datavisualisations sont responsive, c’est-à-dire adaptées aux formats mobile et ordinateur de bureau.

Attention, s’il existe une version gratuite, Erwan Alix a prévenu : les fonctionnalités en accès libre seront probablement de moins en moins nombreuses à mesure que le temps passe. C’est la loi impitoyable du marché, il faut que bien que les créateurs vivent de leur création (ce qui nous semble bien normal).

Une newsletter, ça se construit mé-tho-di-que-ment

Comment concevoir une bonne newsletter ? Nicolas Papon, responsable marketing des produits numériques au Télégramme, un quotidien régional breton, nous a livré ses bons conseils.

Comme pour tout bon tutoriel, repartons des bases :

Nicolas Papon a abordé un sujet fondamental pour qui veut concevoir des newsletters efficaces : la réputation des serveurs. Toutes les newsletters sont en effet distribuées via des serveurs informatiques (et oui, Internet est bien un monde physique !). Or les boîtes mails trient les mails que nous recevons, entre autres, en s’appuyant sur la « réputation » de ces serveurs.

Certains sont plus utilisés que d’autres pour envoyer des spams ou mails malveillants. Ceux-là sont donc, une fois repérés, mis sur liste noire par les fournisseurs d’adresses mail. Et si elle part de chez eux, votre newsletter aura un taux de délivrabilité (taux d’arrivée chez vos destinataires) assez bas. Pour éviter ce piège, les meilleurs outils sont, entre autres, Mailchimp, SendinBlue et Sarbacane.

À propos des indicateurs de performance, il faudrait particulièrement en surveiller 3, estime le responsable marketing :

  • la délivrabilité (mail qui arrive effectivement dans les boîtes et pas dans les spams) ;
  • le taux d’ouverture ;
  • le taux de clics.

À propos de ce dernier, Nicolas Papon a fourni des indications intéressantes. Certes, ce ne sont que des moyennes, mais elles éclairent ce qu’on peut attendre d’une lettre d’informations en matière de trafic :

Au fait, au bureau de Ganesh, on a aussi quelques convictions sur le sujet. Voici nos quelques compléments utiles à ces précieux conseils :

Les ressorts d’une bonne campagne de publicité Facebook

Une campagne Facebook ne nécessite pas de compétences techniques, mais une solide méthodologie. Pour en comprendre les étapes, suivons Inès Slama, directrice conseil chez l’agence web Intuiti.

 

D’abord, comprendre le tournant pris récemment par Facebook : dans le flux d’actualités, les publications des personnes sont dorénavant privilégiées. Résultat : les posts des pages sont moins visibles. Ce qui rend nécessaire le recours à la publicité pour les marques, ne serait-ce que pour bénéficier d’un minimum de visibilité sur le premier réseau social au monde.

Ensuite, maîtriser les aléas induits par le principe des enchères sur Facebook : en tant qu’annonceur, pour émerger face à la concurrence, il faut… surenchérir. Le réseau social affiche en effet votre publicité uniquement si, pour le même public cible, votre enchère est la plus élevée parmi toutes celles proposées. Ce qui génère une saisonnalité forte : pendant les soldes, avant les fêtes de fin de d’années, pendant les grands événements médiatiques comme la Coupe du monde de football. Plus d’annonceurs, pas forcément plus d’espaces disponibles : les enchères sont plus élevées sur ces périodes spéciales.

Aussi, avoir en tête que vos résultats passés impactent vos résultats futurs : chaque annonceur se voit attribuer un « indice de fiabilité », un indice calculé sur les résultats de ses précédentes campagnes. Or, le coût des campagnes dépend partiellement de cet indice. Concrètement, plus vous aurez un indice de fiabilité élevé, moins vos campagnes vous coûteront cher.

Pour finir, Inès Slama a insisté sur la qualité éditoriale des campagnes Facebook. Le ciblage, les enchères et les paramétrages de Facebook sont en effet inutiles… si le contenu de votre créa est de mauvaise qualité :

Le bureau de Ganesh en a profité pour demander si le trafic issu des campagnes de publicité Facebook était en déclin, comme c’est le cas pour les publications organiques sur Facebook. Il semble que non. Logique, après tout : Facebook n’aurait pas intérêt à tuer la poule aux œufs d’or…

Le live Facebook bouge encore

Ici, c’est François Montupet, le chargé de communication de la salle de concert Le Ferrailleur, qui prend les commandes.

Au menu, de bons conseils, qu’on vous rapporte :

  • pensez à annoncer votre live en amont, pour que les internautes intéressés puissent noter le RV ;
  • si vous vous lancez avec des partenaires, demandez-leur d’en faire autant ;
  • pendant votre live, pensez à la modération ;
  • après le live, pensez à lui donner une seconde vie, valorisez le replay !

Ça peut paraître évident, mais ça va mieux en le disant. De plus, si vous ne l’avez pas encore noté, pensez-y : Facebook aime (adore) la vidéo. Concrètement, c’est bon pour le reach (la portée) de votre live, profitez-en !


Vous avez des questions ? Des remarques ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page LinkedIn ou en nous envoyant un message, ici.

Vous pouvez aussi recevoir tous nos conseils pratiques dans votre boîte mail une fois par mois.

Bonus : à partir du mois de septembre 2018, nous proposons un article en exclusivité… à nos seul·es abonné·es !