Instagram est un réseau social très populaire. Rien qu’en France, Instagram a connu la plus forte croissance en 2019, derrière Snapchat. Cette popularité a un impact ambivalent : le public est nombreux, ce qui est positif pour les marques, mais la concurrence pour la visiblité y est donc plus forte. Malgré cette concurrence, comment être visible ? Apprivoiser l’algorithme est un des leviers. Mais faut-il forcément suivre ce que recommande le réseau social ? Explications et analyse.

Pressé·e ? Voici la synthèse de l’article !
Pour être visible, les recommandations d’Instagram sont simples : publier beaucoup, publier fréquemment et publier en utilisant toutes les fonctionnalités. Cependant, ces recommandations sont incompatibles avec la grande majorité des créateurs / créatrices de contenus : le temps à consacrer pour les respecter est énorme. Aussi, plutôt que d’appliquer ces prescriptions à la lettre, adaptez-les à vos ressources : publiez régulièrement et en mobilisant différents formats, mais à la mesure de ce que vous pouvez faire. Et si vous n’en avez pas la possibilité, faites le choix difficile mais nécessaire de ne pas investir Instagram : votre temps sera plus rentable ailleurs.

C’est une conversation qui aurait dû rester privée. En novembre 2020, Rachel Reichenbach, commerçante très active sur Instagram, a reçu un coup de fil d’un des « experts média » du réseau social.

L’objectif de cet appel : optimiser l’utilisation de son compte pour le rendre plus visible. Suite à cet appel, Rachel Reichenbach a choisi de publier ce qu’elle a appris en discutant avec Instagram.

Elle retient 3 informations principales :

  1. les reels ne sont pas une option, c’est une obligation ;
  2. utiliser les posts classiques et stories ne suffit pas, il faut mobiliser toutes les fonctionnalités ;
  3. la régularité est fondamentale.

1. Créer des reels devient « obligatoire » (pour le moment)

Les reels sont des vidéos de 15 secondes auxquelles vous pouvez ajouter différents effets (compte à rebours, musique, augmenter la vitesse de diffusion…). Le format est disponible depuis août 2020 en France.

Instagram tient beaucoup à ce que ses utilisateurs créent des reels. C’est en tout cas ce que témoigne Rachel Reichenbach : « en ce moment, les reels sont l’astuce ultime pour réussir sur le réseau social. Ils sont également l’une des raisons pour lesquelles tant de gens ont vu leur engagement baisser cet automne [2020]. »

Autrement dit, si vous ne publiez pas de reels, Instagram pénalisera la visibilité de votre compte. Pour vérifier ces propos, Rachel Reichenbach a testé une semaine en publiant un reel et une semaine sans. Le résultat est sans appel : suite à sa publication d’un reel, tous ses autres posts de la semaine ont vu leur engagement augmenter. Et vice-versa durant la semaine sans publication de reels.

Précision importante : la blogueuse précise que si les reels sont pour le moment le format roi qui peut augmenter la visibilité de votre compte, ça ne durera qu’un temps. Une fois que les reels ne seront plus une nouveauté, ils reprendront leur « poids » algorithmique normal.

2. Plus un compte utilise des fonctionnalités différentes, plus il est visible

Vous publiez quotidiennement des photos et des stories sur Instagram ? C’est bien, mais c’est insuffisant. En effet, l’algorithme augmente la visibilité des comptes qui utilisent toutes les fonctionnalités. Oui : toutes.

Rachel Reichenbach explique ainsi que « Instagram apprécie que les utilisateurs créent une combinaison de publications classiques, mais aussi des reels, des IGTV (pour Instagram TV, des longs-formats en vidéo), des stories, des publications shopping (oui, c’est possible de vendre des produits sur Instagram), des publications géolocalisées, etc. »

3. La régularité des publications reste nécessaire

Publier régulièrement est indispensable. Rachel Reichenbach raconte ainsi que « monsieur Instagram m’a conseillé d’être régulier dans le temps long. » Et l’autrice du billet de blog livre les exemples que lui a donnés Instagram :

  1. les lundis, mercredis et samedis chaque semaine ;
  2. tous les jours ;
  3. trois fois par semaine.

Et ce, à long terme. C’est-à-dire chaque semaine pendant des mois, des années. Une rigueur qui rend indispensable l’utilisation d’un calendrier éditorial.

Quel crédit accorder aux recommandations d’Instagram ?

Nous l’avons déjà dit et le maintenons : cessons notre obsession des algorithmes. Certes, comprendre comment fonctionnent les algorithmes qui gouvernent les réseaux sociaux est utile. En faire une obsession, en revanche, est contre-productif.

L’obsession algorithmique nuit à votre efficacité (et votre santé mentale)

Se concentrer sur l’unique question algorithmique vous rend aveugle sur d’autres sujets importants. Par exemple, votre positionnement stratégique sur chacun de vos réseaux sociaux, vos objectifs, vos messages-clés… En un mot : les questions éditoriales.

Par ailleurs, Rachel Reichenbach souligne utilement les dégâts psychologiques que peuvent provoquer une trop grande activité sur Instagram (ou sur un autre réseau social). En tout cas quand cette activité est commandée par des recommandations du réseau social en question.

En l’occurrence, les recommandations chiffrées qu’a reçues la blogueuse sont ubuesques. Par semaine, « monsieur Instagram » a ainsi recommandé :

  • 3 publications classiques (reels & IGTV compris) ;
  • 8 à 10 stories ;
  • 4 à 7 reels ;
  • 1 à 3 IGTV.

Une quantité énorme de publications, hors de portée de la majorité des créateurs et créatrices de contenus.

Ce qui est bon pour Instagram n’est pas forcément bon pour vous

Instagram recommande ce qui est bon pour Instagram. Et ce qui est bon pour Instagram ne l’est pas forcément pour les créateurs et créatrices. Comme tous les réseaux sociaux, Instagram a besoin que les utilisateurs créent beaucoup de contenus et passent le plus de temps possible sur l’application.

C’est une simple question de modèle économique : plus le temps passé par les utilisateurs sur Instagram est élevé, plus les annonceurs sont incités à y investir. Et plus les utilisateurs créent de contenus, plus les données acquises par Instagram sont nombreuses, ce qui affine le ciblage publicitaire offert aux annonceurs.

Mais renforcer le modèle économique d’Instagram doit-il être l’horizon des créateurs et créatrices de contenus ?

Sachez interpréter les recommandations d’Instagram

Alors, que faut-il faire ? À la lumière des recommandations d’Instagram, trois conclusions s’imposent :

  1. si votre employeur (ou votre entreprise sur vous en êtes le patron / la patronne) est prêt à consacrer beaucoup de ressources au réseau social, alors vous pouvez appliquer les suggestions d’Instagram. Sachez cependant qu’appliquer à la lettre ces recommandations nécessite au moins un mi-temps.
  2. Vous n’avez pas autant de ressources à consacrer à Instagram. Dans ce cas, interprétez les recommandations du réseau social. Diversifiez vos formats et soyez régulier mais ne publiez pas autant que ce que recommande Instagram.
  3. Même en abaissant les exigences de publication réclamées par Instagram, vous ne pouvez pas tenir le rythme. Dans ce cas, n’investissez pas Instagram. Ce sera une perte de temps : le temps que vous consacrerez au réseau social ne sera pas rentable.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part, sur notre page LinkedIn ou en nous envoyant un message, ici. Vous pouvez aussi recevoir tous nos conseils pratiques dans votre boîte mail une fois par mois !