Ça y est, la directive européenne sur l’accessibilité des sites internet et des applications mobiles est retranscrite en droit français. Un nouveau pas vers l’égalité d’accès à l’information. Le bonus (SEO) : vous rendre accessible contribue (aussi) à bien vous référencer ! Nos conseils.

Besoin d’un rattrapage sur l’accessibilité ? On vous en explique les principes ici et on vous donne des conseils opérationnels là.

Soyez concis

Certains handicaps, comme la dyslexie, rendent complexe la lecture à l’écran. Pour aider les internautes à vous suivre, rédigez des textes concis et aérés, avec des paragraphes courts, des listes à puces, des titres et des intertitres.

Concis, on a dit.

En quoi ça contribue à votre SEO ? En vous forçant à rédiger de manière synthétique, vous aidez les moteurs de recherche à mieux comprendre le sujet de votre page. Et donc à mieux la référencer.

La bonne pratique en plus : alignez toujours vos textes à gauche, évitez l’italique et le souligné (sauf pour les liens), encore plus difficiles à décrypter sur écran. Cela permet à l’œil de l’internaute de les balayer plus facilement. Et veillez à ne pas utiliser une taille de police trop petite, ça gâcherait tous vos efforts !

Évitez les intitulés génériques

Les internautes malvoyants utilisent des lecteurs (audios) de pages web. Pour les aider à vous comprendre, optez toujours pour des contenus signifiants. Concrètement, évitez les termes génériques du type « cliquez ici » pour vos liens ou « présentation » comme titre de vos pages. Pourquoi ? Parce que l’internaute malvoyant n’a pas accès au contexte qui entoure votre lien ou  votre page.

Allez, clique ! Oui, mais pour aller où ?

En quoi ça contribue à votre SEO ? En vous forçant à adopter des intitulés signifiants, vous optimisez la cohérence de votre site et fournissez des billes en plus aux moteurs de recherche.

La bonne pratique en plus : n’utilisez pas la couleur uniquement pour transmettre une info (par exemple, afficher certaines phrases-clé de votre article en rouge). Ni les malvoyants ni les daltoniens ne pourront percevoir votre tentative d’attirer leur attention. Couplez toujours couleur, forme et texte.

Dites tout sur votre page web

Les personnes malvoyantes auront systématiquement des soucis avec le contenu de vos images. Et les personnes malentendantes avec vos podcasts. Ces deux catégories d’internautes peuvent aussi se retrouver bien embêtées avec vos vidéos (et on sait, n’est-ce-pas, que c’est un format d’avenir). Pour les aider, vous pouvez leur décrire, avec du texte, ce à quoi elles n’ont pas accès. Par exemple, en décrivant vos images, quand elles sont du sens, dans la balise HTML dédiée (l’alternative texte, ou « alt »). Ou encore en sous-titrant vos vidéos.

Dites-moi tout…

En quoi ça contribue à votre SEO ? Ces éléments, bien intégrés dans vos pages web, sont lus par les moteurs de recherche quand ils visitent votre site. Et ces derniers les utilisent pour mieux référencer à la fois vos pages web intégrales, mais aussi vos images et vos vidéos.

La bonne pratique en plus : si ce n’est pas strictement nécessaire (parce que dicté par votre stratégie de génération de prospects, par exemple), ne proposez pas de PDF à télécharger : intégrez les informations initialement contenues dans votre document directement dans votre page HTML !

Le saviez-vous ?
La Loi pour une République numérique, adoptée en 2016, prévoit d’étendre l’obligation d’accessibilité aux entreprises, au-delà d’un chiffre d’affaires dont le montant reste à définir. Le Conseil d’État planche actuellement sur le décret fixant ce seuil.


Vous avez des questions ? Des remarques ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page LinkedIn ou en nous envoyant un message, ici.

Vous pouvez aussi recevoir tous nos conseils pratiques dans votre boîte mail une fois par mois.