Le 10 avril 2019, Facebook a publié un billet de blog pour expliquer sa nouvelle politique de tri des contenus. Ceux issus d’un site web disposant d’une forte autorité auront dorénavant l’avantage. Un changement qui aura des conséquences importantes pour le référencement social. Le bureau de Ganesh vous explique tout.

Qu’est-ce que le PageRank de Google ?

Le moteur de recherche de Google analyse plusieurs indicateurs pour classer les pages web. Parmi eux, le célèbre « PageRank », du nom de Larry Page, co-fondateur de Google.

Le principe du PageRank est simple : plus une page web est citée par d’autres pages, plus cette page est créditée d’autorité. Et plus cette autorité sera élevée, plus la page web sera bien classée dans Google.

Une illustration du PageRank, réalisée par Felipe Micaroni Lalli.

Vous avez peut-être lu ici ou là que Google n’utilise plus le PageRank. C’est faux. Cette erreur est entretenue par une confusion entre l’outil « Google Toolbar PageRank », supprimé en 2016 par Google, et le critère d’analyse des pages web, le « PageRank » tout court. Ce dernier est toujours utilisé par Google : en 2017, un des salariés du moteur de recherche l’a confirmé.

Comment et pourquoi Facebook s’inspire-t-il de Google ?

Facebook a un problème : le réseau social est accusé de faciliter la circulation des contenus de mauvaise qualité. Depuis l’apparition de cette accusation, Facebook a répondu par de nombreux outils et fonctionnalités. Parmi lesquelles l’étiquetage des informations douteuses, des partenariats avec la presse, de l’information à propos des sites web vers lesquels renvoient les posts, etc.

Une mise à jour récente de son algorithme prolonge cette tendance. L’introduction d’une nouvelle métrique (nommée « click-gap ») a en effet pour but de réduire la visibilité des sites web de mauvaise qualité.

Pour lutter contre les contenus de mauvaise qualité, Facebook s’autorise le droit de supprimer les contenus qui violent ses règles, mais aussi de réduire la visibilité de ceux qui les respectent mais véhiculent, par exemple, des informations douteuses ou fausses.

Et pour juger de la qualité d’un site web, Facebook compare l’autorité dudit site (mesurée via le nombre de liens web qui pointent vers ce site) avec son autorité dans Facebook (mesurée par le nombre de clics sur les liens de ce site partagés sur Facebook). Or, s’il y a un écart trop important entre les deux, le réseau social en conclut que « ce site rencontre un succès sur Facebook qui ne reflète pas son autorité sur le web et qui propose donc du contenu de mauvaise qualité. »

D’une certaine manière, Facebook importe le PageRank de Google chez lui. Les sites web bénéficiant d’une forte autorité étaient déjà mieux classés que les autres sur Google. Dorénavant, ils le seront aussi dans Facebook.

Cette mise à jour de Facebook est effective partout dans le monde depuis le 10 avril 2019.

Qu’est-ce que cela change pour le référencement social des marques ?

Nous ne sommes pas encore en mesure d’observer dans quelle mesure cette mise à jour aura un impact sur les pages Facebook qui publient des liens.

Une hypothèse néanmoins : pour les marques qui publient du contenu rigoureux, ça pourrait induire un bonus de visibilité. Que certains posts soient moins visibles libèrera en effet de la place pour d’autres.

C’est donc une excellente nouvelle pour les marques proposant des contenus crédités d’autorité sur le web mais pas forcément populaires sur Facebook.

Cela concernera probablement les marques qui mobilisent Facebook pour leur communication institutionnelle. Les publications de ces pages ne sont en effet pas toujours les plus ludiques alors même que l’usage de Facebook par ses utilisateurs est récréatif avant tout.


Vous avez des questions ? Des remarques ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page LinkedIn ou en nous envoyant un message, ici. Vous pouvez aussi recevoir tous nos conseils pratiques et notre article premium dans votre boîte mail une fois par mois.