Ça y est ! Votre site est en ligne et votre page Facebook aussi. À vous la conquête du monde ! 6 mois plus tard, vous déchantez : quelques personnes seulement vous suivent sur Facebook et votre site est tombé dans les tréfonds de Google. Pourquoi ? Sûrement parce que ces supports ne sont pas (correctement) animés. Sans contenu, internet est en effet une coquille vide. Le bureau de Ganesh vous donne 3 conseils pratiques pour éviter de sombrer dans les abysses du web.

1. Si votre site internet est statique, il est invisible pour Google. Faites-le vivre.

Le bureau de Ganesh - fenêtre de recherche GoogleGoogle a des yeux très particulier : il ne voit (presque) que ce qui bouge. Si votre site internet n’est pas régulièrement alimenté, il sera donc quasiment invisible pour Google. Or, en France, 9 internautes sur 10 choisissent Google quand ils utilisent un moteur de recherches. L’enjeu est donc fondamental.

Sans contenu, votre site est l’équivalent d’une carrosserie de voiture sans moteur : sans doute très belle, mais inutile.

Les contenus (frais) sont en effet le moteur de votre site : sans eux, c’est la panne sèche assurée.

Pour comprendre pourquoi, il est nécessaire de comprendre comment fonctionne Google. Pour analyser les pages web (qui composent les sites internet), Google scanne celles-ci à l’aide de programmes informatiques automatisés. Or, les algorithmes vont prioriser les articles récents (ou fréquemment mis à jour) dans les résultats de recherche.

In fine, si Google s’aperçoit que vous ne publiez rien, il ne visitera plus votre site. Votre concurrence qui, elle, publie régulièrement du contenu sur son site vous passera devant dans les résultats du moteur de recherche.

Vous comprenez maintenant l’enjeu de publier régulièrement. Ensuite, il ne s’agit pas de publier pour le principe. L’objectif est de bien de parler aux bonnes personnes (vos prospects), donc avec les bons messages.

2. Vos prospects ne savent pas ce que vous faites. Expliquez vos expertises.

« Je ne comprends pas ce que vous faites. » Tous les entrepreneurs et entrepreneuses ont été confronté·es à cette sentence. Pour y répondre, c’est à vous de vous faire comprendre, pas à vos prospects de vous décoder.

Pour ce faire, produire des articles, brèves et pourquoi pas infographies, vidéos… adaptés à vos cibles est un impératif.

Par exemple, prenons un menuisier qui souhaite acquérir de nouveaux clients via internet.

Ce menuisier publie alors régulièrement des contenus sur son site internet et sa page Facebook. Son choix éditorial : parler des équipements qu’il achète. Résultat ? Ses prospects n’y comprendront rien : c’est un contenu professionnel.

Un tel positionnement peut intéresser des passionné·es ou professionnel·les, mais pas des prospects. Ce type de public a en effet besoin de comprendre ce que vous proposez et de se projeter en matière de résultats.

Il serait plus efficace, pour ce menuisier, d’expliquer ce qu’il produit et comment (pour permettre aux prospects de comprendre la spécificité de son offre). Mais aussi de montrer des photographies de sa production (pour permettre à ses prospects de se projeter).

Le bureau de Ganesh - démontrer ses expertisesPar exemple, si vous êtes spécialisé·e sur le mobilier d’extérieur, dites-le ! Pour vous, c’est évident, mais vos visiteurs ne le savent pas. Ensuite, montrez des meubles que vous avez conçus en situation : dans le jardin d’un client, dans le parc d’une ville… C’est en publiant régulièrement ce type de contenu que vous pourrez être bien référencé·e sur Google (parce que votre site sera régulièrement alimenté) et que votre chiffre d’affaire augmentera (parce que vos visiteurs numériques comprendront votre offre et seront en mesure de la recommander). À titre d’exemple, Atlantikis, un créateur nantais de sculpture en bois, fait bien ce travail de projection et d’explication sur sa page Facebook.

C’est la deuxième leçon à retenir : mettez-vous à la place de vos prospects, qui ne sont pas des professionnel·les de votre métier (sauf si vous faites du B2B, du service aux entreprises). De ce point de vue, la bonne pratique est de leur expliquer concrètement vos prestations en montrant les bénéfices potentiels pour eux.

3. Les réseaux sociaux ont des usages très divers. Animez-les de manière différenciée.

Le bureau de Ganesh - réseaux sociaux sur mobileImaginez un journal pour enfants rempli d’analyses financières. C’est un peu l’équivalent d’une page Facebook sur laquelle vous publiez des contenus très professionnels sur votre activité.

En tant que créateur ou dirigeant de petite entreprise, le réflexe commun est en effet d’ouvrir une page Facebook pour y présenter son entreprise… en publiant des contenus professionnels. Or, les utilisateurs de Facebook n’utilisent pas le réseau social pour recevoir ce type de publication.

D’après les études d’usages, les internautes se connectent à Facebook avant tout pour se détendre, donc recevoir du contenu récréatif. A contrario, ils consultent Google avant tout pour s’informer.

C’est à vous de tenir compte de ces usages dominants, pas à vos prospects. Rien n’empêche de parler de vos prestations sur tous les réseaux sociaux, il faut simplement choisir une ligne éditoriale adaptée aux usages de leurs publics.

Par exemple, si vous animez une page Facebook, il sera pertinent de raconter la façon dont vous travaillez, de montrer vos réalisations, etc. Sans jamais jargonner ! Au contraire, si vous animez un blog ou un site, veillez à raconter votre métier de manière professionnelle en présentant clairement votre offre, vos prix, etc.


Retrouvez Le bureau de Ganesh sur notre page LinkedIn ou dans votre boîte mail, une fois par mois, pour recevoir nos conseils et analyses !