Fin 2016, MinuteBuzz vide son site web et migre tous ses contenus vers les réseaux sociaux, plusieurs médias entièrement portés par des réseaux sociaux se créent (comme Explicite ou Brut) et même des blogueurs ferment boutique (comme Betty Autier). Entreprises, institutions et associations investissent de plus en plus les réseaux sociaux. Alors, pour communiquer en utilisant le numérique, le site web a-t-il perdu tout intérêt ? Contrairement à une idée qui se répand, loin de là.

Produire à moindre coût, oui mais…

Vous avez forcément déjà entendu ça : sur les réseaux sociaux, animer un compte ne coûte rien. C’est déjà discutable en soi (sauf si vous comptez sur le stagiaire pour s’y coller et que vous ne comptez pas y faire de pub).

Meme "Qui est le chef ?"

Mais n’oubliez pas : vous ne possédez pas les contenus que vous publiez sur les réseaux sociaux. Pour faire simple, on peut dire que les réseaux sociaux vous prêtent des espaces de publication, mais ils restent les vrais propriétaires de tous les contenus que vous publiez chez eux. En pratique, cela a des conséquences concrètes : sur votre visibilité d’une part, mais aussi sur les usages possibles de vos contenus. Un exemple : si Facebook veut faire de votre dernière photo une publicité, il peut. S’il estime que votre contenu ne respecte pas ses règles, il peut le supprimer sans vous demander votre avis. A contrario, sur un site web, vos contenus (votre graphisme, vos textes, vos vidéos…) vous appartiennent et vous seul décidez ce que vous en faites.

Avoir une plus grande liberté de sérier les cibles, oui mais…

Sur les réseaux sociaux, vous pouvez facilement calibrer vos contenus en fonction de vos différentes cibles, en changeant de compte (plusieurs compte Twitter pour une même marque par exemple) ou de support (des comptes Twitter, Facebook et LinkedIn pour une même marque, par exemple). Pratique, certes.

Mais sur les réseaux sociaux, vous ne pas maîtrisez pas les formats proposés. Essayez donc de faire un tweet de 400 caractères. Anodin ? Pas vraiment. Prenons un exemple. Si vous mettez en place une stratégie de contenus basée sur les “lives” Facebook (vidéos en direct) et si, plus tard, Facebook décide que ce format sera finalement moins visible sur sa plateforme, c’est tant pis pour vous. Sur un site web, vous êtes maître chez vous : vous décidez de la forme que vous donnez à vos contenus et de leur visibilité (hors aléas du référencement bien sûr).

Humaniser la relation, oui mais…

Meme "bienvenue chez moi"Sur les réseaux sociaux, vous pouvez entretenir une relation directe avec les membres de votre communauté, vous montrer plus humain. Mais vous ne maîtrisez pas la forme que prennent vos échanges. Par exemple, lorsqu’un internaute souhaite vous dire quelque chose sur Twitter, il peut le faire en vous mentionnant de manière à ce que son tweet soit visible de tous ses abonnés, ce qui peut parfois poser des problèmes d’image ou de gestion de relation client.

Sur un site web, vous pouvez mettre en place des outils de “tchat” qui vous permettent d’individualiser la relation à vos clients, prospects et usagers, selon la forme que vous souhaitez et à vos conditions.

Jouer sur la viralisation, oui mais…

Sur les réseaux sociaux, vos coups d’éclat peuvent devenir viraux : une bonne idée bien réalisée peut vous exposer bien au-delà de votre communauté, c’est le fameux “buzz”. Mais vous ne maîtrisez pas vraiment le traitement de votre contenu par les algorithmes et pouvez être complètement oublié la semaine suivante.

Avec un site web, vous pouvez travailler votre référencement pour être visible dans la durée et de manière beaucoup plus stable, ainsi qu’utiliser une lettre d’information pour vous rappeler régulièrement au bon souvenir de vos abonnés.

Être là où sont mes clients, oui mais…

Sur les réseaux sociaux, vos clients, vos prospects peuvent découvrir vos produits, chercher des avis sur vous, et vous solliciter s’ils ont besoin d’un SAV. Mais ce n’est pas là qu’ils achètent vos produits ou vos services. La preuve : Facebook comme Twitter ont récemment abandonné leur bouton “acheter”.

Au contraire, le succès du e-commerce sur les sites web prouvent que ceux-ci inspirent davantage confiance aux consommateurs, même si les places de marché, comme Amazon, ont également le vent en poupe.


Alors, que choisir : un site, les réseaux sociaux, les deux ?

Si vous avez le temps et les ressources nécessaires, l’idéal est de ne vous fermer aucune porte : votre site est votre porte d’entrée sur le web, il porte votre crédibilité, votre activité… et il vous appartient. Les réseaux sociaux, eux, vous permettent de donner plus de visibilité à vos promotions, événements, actualités… et de répondre aux questions des internautes (relation client) sans coût supplémentaire.

S’il faut choisir car vous manquez de ressources… Impossible de répondre génériquement, il faut étudier au cas par cas.


Si vous hésitez ou vous vous posez des questions, écrivez-nous pour en discuter !

Enregistrer